Protéger efficacement les milieux de travail avec des antimicrobiens

Antimicrobien

Par définition, un antimicrobien rassemble toutes les substances qui tuent les micro-organismes ou ralentissent la croissance des microbes. Il peut se présenter sous différentes formes. Comment les introduire en milieu professionnel pour aider les entreprises à se protéger lors des reprises d’activités ?

La problématique du coronavirus avec la réouverture de l’économie

Le Covid-19 est une infection virale, qui se transmet par contact, comme la grippe, mais avec des conséquences beaucoup plus graves. Tous les secteurs d’activités ont été affectés par sa propagation.

Avec la réouverture progressive de l’économie, la vigilance doit rester permanente au sein des entreprises car le virus n’a pas encore été totalement éradiqué.

Une reprise des activités implique inévitablement des rassemblements de personnes, facteurs principaux de la prolifération des virus. Même si la distanciation sociale est respectée, la probabilité de propagation du virus en milieu professionnel est accrue due au contact avec des surfaces potentiellement contaminées : poignées de porte, combiné téléphonique, clavier d’ordinateurs, etc.

Pour y faire face, et éviter des mesures antiéconomiques, des mesures de prévention adaptées à l’organisation de l’entreprise s’imposent.

L’antimicrobien comme protection dans les entreprises

Un antimicrobien s’attaque aux microbes comme :

  • les bactéries (activité antibactérienne)
  • les mycètes
  • les virus (activité antivirale)
  • les parasites.

Les antimicrobiens sont divisés en deux catégories. D’un côté, il y a les antimicrobiens qui tuent tous les microorganismes. Ils se caractérisent par leur forte toxicité. Ce sont les désinfectants.

D’un autre côté, il y a les antimicrobiens sans danger pour la peau : les antiseptiques. Leur toxicité est sélective. C’est-à-dire que l’antimicrobien cible les cellules à éliminer. Les médicaments (pénicillines, tétracyclines, méticilline) se présentent sous cette forme.

Désinfectant ou antiseptique, l’antimicrobien crée des milieux inhospitaliers aux microbes. Il détruit les bactéries, moisissures et virus.

Produit antimicrobien

Le film antimicrobien de Clean Zone Protect permet la destruction de 99,99% des bactéries, grâce aux ions Ag+. Il provoque l’inhibition de la croissance des germes de salmonella, escherichia coli, de staphylocoques (staphylocoque doré, Staphylococcus aureus, SARM) et évite la formation du biofilm.

Le produit antimicrobien peut se présenter sous forme de spray, exempt d’alcool et d’eau de Javel. Il fonctionne par un procédé mécanique : les ions d’argent captent les cellules comme un aimant et vont tuer les bactéries.

Ce système préventif est très efficace contre la prolifération de gènes pathogènes et n’empêche pas une désinfection systématique des surfaces à risque.

Prise d’antibiotiques

Dans le cadre de la lutte contre le Covid-19, le médecin d’entreprise pourrait préconiser un traitement antibiotique ou antibiothérapie. Les familles d’antibiotiques sont en effet, une classe d’antimicrobiens contenant des agents antibactériens efficaces. L’usage des antibiotiques ne doit se faire que sur prescription médicale pour écarter tout risque de résistance aux antimicrobiens.

En effet, le phénomène de la résistance aux antibiotiques (antibiorésistance) est un danger plus grave que les bactéries pathogènes elles-mêmes. Faire bon usage des antibiotiques permet de limiter la dissémination des souches résistantes aux antibiotiques.

D’autres moyens

Le respect des gestes barrières reste primordial : se laver les mains, garder la distanciation physique et changer souvent de masque. L’entreprise pourrait limiter les risques de contamination avec des box individuels et des horaires décalés.

La responsabilité des entreprises pour protéger les employés

La santé et la sécurité des salariés demeurent sous la responsabilité de l’employeur.

Un plan de reprise doit être mis en œuvre car la réouverture de l’économie ne rime pas avec fin de la pandémie.

L’employeur doit constamment veiller à ce que les dispositifs mis en place évitent qu’un collaborateur malade contamine ses collègues, ou que des éléments extérieurs (clients, produits livrés) introduisent le virus.

D’une façon régulière, des évaluations de risque doivent être effectuées pour améliorer les mesures de protection. Si les risques de contagion sont potentiellement grands, l’employeur a le devoir d’en informer les salariés.

L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) est formelle quant à la reprise économique : elle ne doit se faire que si la transmission du Covid-19 est maîtrisée. Santé humaine, d’abord.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.